Pourquoi se faire dépister ?

Le cancer colorectal ou cancer du côlon (intestin) et du rectum est une tumeur maligne de la paroi du côlon ou du rectum. Elle se développe lentement à l’intérieur du côlon ou du rectum, le plus souvent à partir de petites lésions dénommées polypes ou adénomes.

Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. Une tumeur est une prolifération de cellules anormales qui crée une excroissance qui va peu à peu obstruer le côlon.


Le cancer colorectal, pourquoi le dépister ?

Parce que le cancer colorectal est le 3ème cancer le plus fréquent. Plus de 44.000 nouveaux cas sont découverts chaque année. C’est aussi la deuxième cause de décès par cancer en France.

Le cancer colorectal évolue souvent, dans un premier temps, sans symptôme ni signe perceptible. De ce fait, il est parfois diagnostiqué tardivement et nécessite alors des traitements lourds. Se faire dépister régulièrement permet d’identifier ce cancer à un stade précoce de son développement, voire de détecter et de traiter des polypes avant qu’ils n’évoluent vers un cancer.

Mais surtout, c’est un cancer qui se guérit dans plus de 9 cas sur 10 s’il est détecté tôt.

Lorsqu’un cancer colorectal est détecté à un stade précoce, c’est-à-dire qu’il est relativement petit et ne s’est pas propagé loin de son point d’origine, la survie à 5 ans dépasse 90 % et les traitements utilisés sont moins lourds, permettant une meilleure qualité de vie.


Le cancer colorectal, l’intérêt de son dépistage

La majorité des cancers colorectaux se développe à partir de polypes. Les polypes sont de petites excroissances de la paroi de l’intestin. Ils sont fréquents et le plus souvent bénins, c’est-à-dire sans gravité. Certains polypes se mettent à grossir et parmi eux certains deviennent des cancers. En moyenne, un polype met plus de 10 ans pour se transformer en cancer. Ce qui laisse du temps pour le détecter et le retirer.


Un programme national de dépistage pour les 50-74 ans

Près de 95 % des cancers colorectaux sont diagnostiqués après 50 ans, chez les hommes comme chez les femmes. C’est pourquoi le programme national de dépistage organisé du cancer colorectal s’adresse à toutes les personnes âgées de 50 à 74 ans qui ne présentent ni symptôme, ni facteur de risque particulier. Ce dépistage consiste à réaliser, tous les deux ans, un test de recherche de sang dans les selles que l'on ne voit pas à l'œil nu et à faire chez soi.


Le test immunologique rapide et efficace

Le test immunologique est disponible depuis 2015. Si votre résultat à ce test est positif (environ 4,5 % des cas), cela ne signifie pas que vous avez un cancer mais cela révèle la présence de sang dans vos selles. Votre médecin traitant vous prescrira une coloscopie : elle permettra de détecter d’éventuelles lésions du côlon ou du rectum et, si c’est le cas, de les traiter.


Des modalités de dépistage ou de surveillance adaptées au niveau de risque

Le risque d’être atteint d’un cancer colorectal n’est pas le même pour chacun d’entre nous. C’est pourquoi il est important d’en parler avec votre médecin traitant. En fonction de vos antécédents personnels ou familiaux, il évaluera votre niveau de risque de développer ce type de cancer et vous orientera vers les modalités de dépistage ou de surveillance les mieux adaptées à votre situation.


Qui est concerné par ce dépistage ?

Les hommes et les femmes de 50 à 74 ans.

S’il y a des antécédents dans votre famille (père, mère, frère, sœur), rapprochez-vous de votre médecin traitant pour réaliser une coloscopie.

Le cancer colorectal touche un peu plus les hommes que les femmes. 95% des cas apparaissent dès 50 ans.

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site de l'INCa: Pourquoi se faire dépister ?

 
arsss.jpeg
téléchargement.jpeg
 

CENTRE REGIONAL DE COORDINATION

DES DEPISTAGES DES CANCERS EN ILE-DE-FRANCE

CRCDC-IDF : contactez-nous ici

Votre invitation ici

Siège Social :

3 Place Adolphe Chérioux, 75015 Paris

01 85 73 51 10

  • Twitter